ARTISTS
All A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9

Doctor L
Genre : Electronic, Pays : FR
Dans le cadre de l’opération « Détours electro » organisée par l’Adami.

Placer Doctor L dans une quelconque catégorie musicale serait lui faire injure tant son éclectisme fait partie intégrante de sa créativité. Ainsi, à l’occasion de son troisième album, Monkey Dizzyness, il fait la synthèse de ses expériences passées en empruntant des pistes musicales à travers le jazz, le hip-hop, le blues, l’afrobeat et le funk. Batteur prodige dès l’âge de 16 ans, Liam Farrell, alias Doctor L, exerce ses talents sur scène au sein de groupes comme les Wampas ou Taxi Girl. Mais c’est au cœur de la scène hip-hop qu’éclot véritablement Doctor L. Il forme Assassin avant de participer aux B.O. des films de Matthieu Kassovitz (Métisse) et de Jean-François Richet (Etat des lieux). A partir de 1996, Doctor L multiplie les collaborations, d’abord sur les disques de Stomy Bugsy et Passi puis en remixant un titre de Neneh Cherry. Après avoir mis son talent au service des autres, il se lance dans l’enregistrement de son premier album solo en 1998, Exploring the Inside World. Son parcours lui permet d’offrir au hip-hop une cure de jouvence et un voyage gratuit sur des territoires inédits. Le succès de cette première expérience en solitaire lui permet de poursuivre les rencontres avec des artistes issus d’univers différents du sien : Rodolphe Burger pour Meteor Show, Tony Allen (présent aux Eurockéennes l’année dernière) pour Home Cooking avec lequel il plongera profondément dans l’univers extraordinaire de l’afrobeat. En 2000, Doctor L enregistre Temple On Every Street, son deuxième opus, où apparaît Clip Payne de Funkadelic. Monkey Dizzyness est la suite naturelle de cette recherche perpétuelle de nouvelles expériences musicales et humaines.
Partager :
Loading...



sitemap