ARTISTS
All A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9

Liza Minnelli
Genre : Music-hall, Pays : USA
Liza May Minnelli naît le 12 mars 1946, à Los Angeles, au sein de l’aristocratie du show-business américain. D’un côté, son père, Vincente Minnelli, est un réalisateur en vue, issu du théâtre, et en passe de devenir le maître incontesté des comédies musicales à l’esthétique raffinée. De l’autre, sa mère, Judy Garland, est déjà une grande vedette de la chanson et du grand écran, intronisée super-star par le rôle principal du Magicien d’Oz. C’est donc presque naturellement que Liza fait ses débuts devant la caméra, à l’âge de trois ans, dans le film Amour poste restante (In the Good Old Summertime), dont sa mère tient la vedette. Très tôt, la fillette est confrontée au divorce de ses parents, se trouvant vite prise entre deux familles recomposées, son père comme sa mère s’étant remariés et ayant, chacun de leur côté, eu d’autres enfants. La carrière de Judy Garland et sa santé connaissent également des (très) hauts et des (très) bas, l’abus de substances diverses et variées n’aidant pas la star à trouver la stabilité, malgré son spectaculaire retour en grâce avec le film Une étoile est née (1948).


Liza Minnelli doit donc très jeune s’assumer seule et tenir le rôle de tête pensante de la famille, gérant les factures et les employés de maison, tout en épaulant sa mère dans les moments difficiles. Ayant hérité des cordes vocales de sa mère, et nullement découragée d’affronter le monde du spectacle, Liza Minnelli développe dans son adolescence une vocation musicale, influencée par les goûts de ses parents et motivée par sa découverte des comédies musicales de Broadway. Dès l’âge de treize ans, elle interprète un duo chanté et dansé avec Gene Kelly dans une émission de télévision. Vincente Minnelli et Judy Garland ne font pas grand-chose pour pistonner leur fille, qui décide pourtant de prendre le taureau par les cornes et arrête sa scolarité à seize ans, pour tenter une carrière de comédienne et de chanteuse. S’installant seule à New York, la jeune fille décroche des auditions grâce à son illustre ascendance et convainc grâce à son talent et sa voix de chanteuse, à la fois profonde et vibrante : elle se retrouve rapidement à l’affiche de diverses comédies musicales, s’affirmant comme une étoile montante de la scène américaine.

Le succès du show Best Foot Forward lui vaut un contrat pour un premier album. En 1965, elle participe à un hommage rendu à sa mère au Palladium de Londres et réussit, malgré son trac, à lui piquer en partie la vedette, maman en arrivant lui faisant d’ailleurs les gros yeux. A l’âge de dix-neuf ans, Liza Minnelli décroche un Tony Award pour son rôle dans la comédie musicale Flora the Red Menace, devenant la plus jeune artiste à décrocher une telle récompense. Ce spectacle lui permet également de rencontrer les compositeurs Fred Ebb et John Kander, qui deviendront ses collaborateurs réguliers dans les années à venir.

À la fin des années 1960, Liza Minnelli surfe sur la vague du succès, multipliant les tournées et les concerts à guichets fermés, imposant auprès du public sa personnalité assez extravagante, sorte de version modernisée et électrique de son illustre maman. C’est par ailleurs par le biais de sa mère qu’elle rencontre son premier époux, le chanteur australien Peter Allen, devenu le protégé de Judy Garland : tous deux se marient en 1967, bien qu’Allen soit homosexuel. Une union qui symbolise les rapports compliqués de Liza Minnelli – et de sa mère – avec la gent masculine, l’une comme l’autre étant entourées d’homosexuels et les épousant à l’occasion (les mœurs de Vincente Minnelli lui-même étant fortement mises en doute par certains échotiers et Peter Allen était un ancien amant de Mark Herron, l’époux de Judy Garland à l’époque ; le père de Judy Garland était également homosexuel, mais nous laisserons aux psychanalystes amateurs le soin de démêler tout cela), ce qui n’aide pas à leur stabilité personnelle.
Partager :
Loading...



sitemap